Your browser does not support JavaScript! Quand les langues deviennent l'affaire des plus jeunes - L'Enfant Roi - Crèches Montessori Luxembourg
creches Montessori
Loading
Avr 21, 2017

Quand les langues deviennent l’affaire des plus jeunes

Il y a 110 ans, Maria Montessori inventait le principe de « l’esprit absorbant » chez les enfants. Un concept qui trouve sa source dans l’intégration et la sélection de l’information par les enfants au sein même de leur vie psychique. Dans le cadre de cet apprentissage naturel, BEAST a rencontré Dominique Godard, fondatrice et gérante de L’Enfant Roi, premières crèches Montessori francophones au Luxembourg. Elle travaille, depuis plusieurs années déjà, sur l’éveil des enfants à travers l’apprentissage des langues, une notion devenue essentielle dans un contexte luxembourgeois qui se veut plurilingue et multiculturel.

Le plurilinguisme est un concept important chez L’Enfant Roi. Depuis quand fait-il partie de votre programme et comment se caractérise- t-il au sein de vos crèches ?

Avant même l’inauguration de notre toute première crèche en 2004, il était évident que le plurilinguisme serait partie prenante de notre concept pédagogique. C’est pourquoi, dès les débuts, le français et l’allemand ont été les deux langues parlées au sein de nos crèches, puis se sont rajoutés l’anglais et le Luxembourgeois.
Cette approche correspond tout à fait à l’objectif ministériel de développement de la qualité dans les SEA (service d’éducation et d’accueil), en particulier en ce qui concerne la qualité du processus.
Les découvertes de Maria Montessori, en particulier sur ce qu’elle a appelé « les périodes sensibles » et « l’esprit absorbant », s’exprimaient en faveur de l’apprentissage d’une deuxième langue chez les enfants, et cela dès le plus jeune âge.
Le bain plurilinguistique au sein de nos crèches se caractérise de plusieurs manières. En premier lieu, nos éducatrices parlent leur langue maternelle avec les enfants, ce qui est très important afin de permettre à ces derniers d’ « absorber » les particularités de chaque langue de la manière la plus juste. Vient ensuite la mise en place de nombreuses activités qui ont pour objectif de favoriser l’apprentissage des langues : les activités spécifiques à notre pédagogie en particulier l’utilisation de notre matériel de langage, mais également les jeux, la musique et l’art pictural.

Quelle est l’importance d’apprendre plusieurs langues aux enfants dès leur plus jeune âge notamment au Luxembourg ?

Le Luxembourg est par définition un pays plurilingue. Il est donc important que les enfants soient sensibilisés dès que possible aux différentes langues parlées au luxembourg et notamment au luxembourgeois, au français, puis à l’allemand et à l’anglais.
Outre ce que l’on appelle « l’ouverture de l’oreille » qui se fait naturellement quand l’enfant entend plusieurs langues dès son plus jeune âge, c’est l’intégration en milieu scolaire luxembourgeois qui est visée ici.
En effet, les constatations sont claires : l’échec scolaire est en grande partie dû à la mauvaise maitrise des différentes langues utilisées à l’école publique au Luxembourg. C’est pourquoi le gouvernement a initié le cadre de référence national de l’éducation non formelle afin, que les enfants qui arrivent dans le milieu scolaire luxembourgeois pratiquent les deux langues, le luxembourgeois et le français.
Pour les enfants ne suivant pas le cursus luxembourgeois, l’ouverture aux langues est aussi très appréciable, car tout enseignement confondu, l’apport linguistique est valorisant pour chaque enfant. En effet, il a été démontré que les enfants bilingues sont moins enclins à la timidité et font rapidement preuve d’une grande ouverture d’esprit, certainement parce qu’ils sont confrontés très tôt à un univers multiculturel.

Qu’est ce qui fait la singularité de votre démarche ?

Nous avons choisi le bain linguistique et ce, depuis toujours. L’enfant évolue dans une ambiance bilingue, voir trilingue tout au long de la journée.
L’observation d’un groupe d’enfants évoluant dans un tel environnement est impressionnante et riche d’enseignement : l’enfant, au contraire de l’adulte, ne manifeste aucun complexe, aucune gêne. Il absorbe les informations, comprend très rapidement l’adulte et répond soit dans la langue de l’adulte, soit dans la langue qu’il maitrise le mieux. Il sait très rapidement
« qui dit quoi » et se dirige spontanément, selon son besoin, vers l’adulte qui le comprend le mieux.

Les enfants comprennent-ils tout ce qu’on leur dit ? L’apprentissage des langues dépasse-t-il le cadre de la crèche ?

Souvent, bien sûr, et très rapidement si le plurilinguisme est mis en place de façon précoce : soit à partir de 1 an, comme le demande notre ministre de la Jeunesse.
L’apprentissage des langues se fait à tous les niveaux : par l’enseignement informel, en famille, avec les amis, pour les langues familiales…. Il est d’ailleurs introduit dès la naissance par les parents dans les foyers dont les langues sont multiples.
Puis, c’est le rôle de l’enseignement non formel, en crèche et maison Relais, puis de l’enseignement formel, durant la scolarité des enfants où l’accent est mis sur le français et le luxembourgeois, tremplin non négligeable pour l’alphabétisation en allemand.
Avec ce panel d’apprentissages, si la bienveillance éducative est respectée, l’enfant évolue, grâce à son esprit absorbant, dans un plurilinguisme harmonieux et naturel.

Quels sont vos prochains challenges pour continuer à développer et améliorer le plurilinguisme dans vos crèches ?

Nous sommes très au fait des avancées sur le sujet au niveau du Ministère de la Jeunesse, faisant partie du groupe d’experts oeuvrant à la mise en place d’un plurilinguisme pour tous. Les échanges que nous avons, tant avec d’autres structures d’accueil de la petite enfance, qu’avec des membres du SCRIPT (Université de Luxembourg), nous permettent de vérifier que nous sommes sur la bonne voie.
Au niveau de nos crèches, nous avons à l’étude la création de matériel pédagogique spécifique pour le langage. Nous avons créé des supports visuels bilingues français-luxembourgeois, nous avons également réalisé des lots d’images séquentielles elles aussi bilingues, et enfin, nous sommes sur un projet d’édition de livres pour enfants.
Le pilier de l’éducation plurilingue est, mis à part la bonne volonté des gestionnaires, la qualité du personnel d’encadrement au sein des crèches. Nous nous impliquons dans le recrutement d’éducateurs et d’éducatrices possédant les qualités linguistiques nécessaires pour mener à bien un tel projet.

Consultez l’article originale !

Partagez votre intérêt !